Selon l’enquête du Réseau Equin, 92% des exploitations membres ont été impactées par la crise dans leur fonctionnement. Cette enquête repose sur l’analyse de 49 entretiens semi-directifs auprès de centres équestres, centres de tourisme équestre et pensions. 

 

D’un point de vue financier, ce sont les centres équestres qui ont été les plus touchés, forcés de fermer leurs portes.

Paradoxalement, la crise a permis à certains exploitants de faire une pause dans leurs activités et se recentrer sur eux-même et leur entourage.

 

Une filière équine qui s’est adapté :

  • Recours aux aides mises en place par le gouvernement ;
  • Maintien du lien avec la clientèle via les réseaux sociaux ;
  • Simplification de la conduite des animaux avec la mise au pré.

 

Une crise qui pousse la réflexion sur les possibles évolutions : 

« …Nous souhaitons diversifier notre système pour qu’il soit plus résilient - Nous n’avons pas envie de retomber dans ce système où nous étions sous pression, il faut qu’on trouve un bon équilibre entre travail et revenu - Je me rends compte que cette situation me conforte dans mon idée de recentrer mes activités pour avoir moins de clients et de chevaux à gérer - Nous réfléchissons à alléger nos charges. »

 

Retrouvez la synthèse de l'Institut de l'élevage IDELE en cliquant ici